3/10/21

La contre-révolution se vante d'avoir légalement incinéré la dépouille du Dr Guzmán pour éviter de "lui rendre hommage", comme l'a dit le cynique ministre de la Justice, s'exécutant au son de la Marine. A leur tour, la gauche bourgeoise, pour la plupart, a soutenu la mesure. Même l'opposition du groupe parlementaire de Pérou Libre et d'autres à la monstrueuse loi d'enlèvement et de disparition de cadavres n'a pas empêché Boluarte et Castillo, comme les acolytes de Mme K, d'endosser la position de l'extrême droite. Ainsi le Parlement, incapable de légiférer favorablement aux vivants, se consacra à outrager les morts. Les restes de Spartacus, le grand chef des esclaves rebelles, ont disparu sans laisser de trace; cela ne l'empêchait pas d'être le plus grand héros de l'antiquité. Jeanne d'Arc, grande patriote française contre la domination anglaise au Moyen Âge, a été brûlée vive sur le bûcher par l'Inquisition et ses restes calcinés ont été jetés dans la Seine ; Cela ne l'a pas empêchée d'être une grande héroïne du peuple français et même une sainte de l'Église Catholique. Lors de notre émancipation, Túpac Amaru a été mis en pièces, incinéré et ses cendres jetées au vent par les colonialistes espagnols; rien ne l'empêchait d'être le plus grand héros populaire de notre indépendance. 29 ans d'isolement absolu ont été une torture permanente à laquelle le président Gonzalo a été confronté avec une intégrité totale et une moral communiste défendant la révolution. Lorsqu'il est tombé gravement malade, il a été hospitalisé le 20 juillet et a réussi à se rétablir à la fin du même mois. Le 5 août, le Dr Guzmán et son épouse Elena ont signé une nouvelle demande à l'INPE pour les visites interpénales qui leur correspondaient. Cependant, dans une campagne macabre, Expreso et d'autres ont faussement rapporté le 21 août que le Dr Guzmán était toujours hospitalisé et que sa mort "pourrait survenir à tout moment". Son avocat a pu s'exprimer fin août et un jour avant sa mort, après avoir vérifié qu'il était stable. Tout cela a conduit sa femme, dans un enregistrement qui a été rendu public, à dénoncer qu'ils veulent faire disparaître les restes "et cela s'appelle homicide, meurtre et génocide" et que l'empêchement de le voir pendant deux ans lui fait penser "qu'ils ont planifié son assassinat ». Des paroles claires et justes que nous avons totalement fait nôtres et pour lesquelles elle a été arbitrairement et abusivement sanctionnée en la isolant pour faire taire sa protestation et sa juste demande de droits en tant que membre direct de la famille.

Le soi-disant journaliste d'investigation Ángel Páez, qui se vante d'avoir été dans la salle d'autopsie avant la crémation, affirme sans la moindre preuve que « Guzmán rêvait d'un enterrement glorieux et indélébile », qu'«il se faisait appeler la « quatrième épée » du communisme », que «personne n'a allumé une bougie »,« n'a jamais affronté le danger»,«n'a jamais risqué sa peau »,«a fini comme beaucoup de ses victimes : dévoré par le feu», et d'une manière lâche et cruelle il se moque de l'apparence du cadavre. A côté de lui, le cynique ministre balbutia : « Je ressens un soulagement. Ce ne sera plus jamais un problème ». Mais même le médecin légiste a exprimé sa demande lorsqu'elle a déclaré: "Il n'y avait aucune raison de modifier les protocoles établis."

Le président Gonzalo, depuis son arrestation, a affirmé qu'il mourrait en prison, il a toujours combattu la théorie de la « quatrième épée » et a défendu le maoïsme comme la troisième étape, nouvelle et supérieure de l'idéologie du prolétariat, avec un courage sans précédent qu'il a affronté et vaincu la torture et la violence, l'isolement absolu, ils ne pourront jamais prouver que les guérilleros ont incinéré une personne comme les forces armées en ont fait des centaines dans leurs fours crématoires. Et s'ils ne voulaient "pas d'hommage", ils avaient déjà et auront toujours la réponse: la Cérémonie Solennelle Internationale le 25 septembre avec la levée des ballons rouges et les milliers d'hommages dans les cinq continents où des millions de personnes continuent de s'exprimer à travers mobilisations, réunions, écrits, dénonciations, graffitis, affiches son respect et son admiration pour le Dr Guzmán et, surtout, son engagement à le maintenir en vie dans ses luttes pour un monde nouveau. Que voulaient-ils ? Qu'ils aillent protester la famille et les amis pour qu'ils soient emprisonnés comme ils l'ont fait avec les masses de la Plaza San Martín pour avoir demandé un mausolée pour Abimael?

Ainsi, ce pauvre plumitif à solde ne se révèle être qu'un pauvre diable de la pire moralité, capable de toute bassesse au service de ceux qui le payent. Et quant au ministre dit « cannibale », en réalité il ne ressentira aucun «soulagement » car le Dr Guzmán et sa pensée seront toujours «un problème » pour les classes exploiteuses et leurs laquais.

Alors que la célèbre BBC le qualifie de « leader de la guérilla maoïste Sendero Luminoso », Euronews le qualifie de « fondateur du groupe rebelle Sendero Luminoso », Associated Press le reconnaît comme «leader historique du Sendero Luminoso », DW parle du « leader historique de la guérilla maoïste Sentier lumineux» ; La réaction et ses sbires, répétant mensonges et calomnies, l'appellent « le plus grand génocide de l'histoire » une typification inventée et répétitives sans aucun fondement et même ignorante de ce que signifie génocide. Le génocide, c'est ce qu'ont fait les pizarros et autres colonialistes espagnols, qui ont anéanti des millions de personnes avec la croix, l'épée et la variole; C'est ce que les royalistes ont fait, assassinant plus de 100 000 paysans pour avoir soutenu et participé à la rébellion de Túpac Amaru ; et le génocide a été ce que les forces armées ont fait, tuant et faisant disparaître plus de 40 000 masses, principalement des paysans pauvres, pour avoir soutenu et participé à la guérilla qui a commencé en 1980. Les morts causées par la guérilla au Pérou ne peuvent en aucun cas être qualifiées de génocide et aucune sentence judiciaire ne l'a approuvé. Mais c'est ce que la réaction et le media vendue martèlent jour et nuit.

La figure du Dr Abimael Guzmán est déjà immortelle et grandira avec le temps. Sa fermeté prolétarienne, sa simplicité du peuple, son optimismo presque organique, son courage révolutionnaire et son intégrité ne peuvent être ébranlés. Rappelons-nous ses paroles : « En tant que matérialiste je crois que la vie finira un jour, ce qui prévaut en moi c'est d'être optimiste, avec la conviction que le travail auquel je sers les autres doivent continuer, ils le porteront jusqu'à l'accomplissement de nos tâches définitives, le communisme. Parce que la peur que vous pourriez avoir serait que cela ne se poursuive pas, mais cette peur se dissout lorsque vous faites confiance aux masses».

Aux prisonniers politiques d'hier et d'aujourd'hui, cela nous renforce de voir et de sentir le soutien de notre peuple et des peuples du monde malgré la sinistre campagne anticommuniste. Et il en est ainsi parce que la persécution n'arrête pas la révolution mais la conduit, la prison est une école populaire et forge les révolutionnaires, l'assassinat des enfants du peuple génère plus de rébellion populaire, l'incendie du cadavre du Dr Guzmán, un communiste inébranlable, exalte encore plus sa figure. Les réactionnaires soulèvent des pierres pour se les laisser retomber sur ses pieds.

En 1993, nous avons connu la chanson Vivo en Ti avec les paroles composées par le Dr Guzmán dédiées à sa compagne.

Là où il disait:

Le jour que je m'en aille et je ne sois pas là

ne pleure pas ma colombe que je vis en toi...

La lutte et le Parti qui nous unissaient

ils continuent inategnables jusqu'au bout

avec eux et notre peuple dans leurs batailles

nous devons vivre.


Poursuivre son chemin est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre. Et dans cette lutte tenace aujourd'hui, tes enfants emprisonnés te disent : Il VIT AVEC NOUS.

Pérou, septembre 2021

Comité National des Prisonniers Politiques et de Guerre du Pérou




Post a Comment: